Revenir en haut Aller en bas
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  FAQ  

[Fini] Edmond Marcatel

[Fini] Edmond Marcatel  Empty
Message Sam 20 Juil - 23:53
Guerrier d'Avalon
Edmond Macartel
”Pour apprécier la vie, il faut la ressentir à chaque instant"

Bonjour à vous.

Je m'appelle Edmond Marcatel mais mes amis aiment m'appeler Martel. J'ai physiquement 38 ans et suis originaire des Etats Unis . J'exerce la fonction de gestionnaire au sein des Guerriers d’Avalon.

Côté famille, j'ai rejoint le projet Noé seul. Aux yeux de la colonie, je suis célibataire.

Ce qu'on dit de moi
Descriptions Physique et Mentale


Edmond Marcatel est un homme d’âge mur, du haut de sa trentaine son visage affiche déjà les rides propres aux personnes riches, celles qui témoignent des multiples froncements de sourcils et air désapprobateurs qu’ont pris le visage de ces personnes. Son visage est d’ailleurs assez brut, comme taillé dans un marbre. Pourtant il ne manque pas d’élégance non, il n’avait pas de trace de boursoufflures ou de quoi que ce soi qui pourraient ternir la beauté de son visage, juste une petite cicatrice sur la tempe qui venait donner plus de caractère au visage. Mais pour qu’il puisse être considéré comme réellement attirant encore fallait-il qu’il face un effort pour s’ouvrir aux autres, peut être retrousser ses lèvres dans un sourire sincère ou un rire aux éclats pourrait suffire ? Ses cheveux quant à eux sont noir, coupés cour dans une coupe ne cherchant aucune originalité, purement fonctionnelle et passe partout, une qualité que l’on pouvait d’ailleurs associer à l'entièreté de sa personne.

Pour parfaire l’archétype de l’homme d’affaire insipide il est souvent habillé sans grande originalité, se démarquant simplement par son port droit et son respect pour les étiquettes dans sa manière de s’habiller.

Au quotidien l’homme est… détestable en fait. Il peut être cordiale au mieux avec les personnes qu’il apprécie bien, au pire méprisant avec les autres. Il émane de cet homme l’aura d’un employé qui vit pour son travail, s’éloignant rarement lorsqu’il discutait des sujets concernant les besoins de la colonie. Sa manière de parler est froide, concise et précise. Nombreux sont les gens à le considérer hautain, que ce soit à cause de ses remarques acerbes ou sa tendance naturelle à ne pas mâcher ses mots, mais personne ne pouvait nier son investissement au sein de la colonie.

Edmond est loin d’être l’homme bedonnant ou au contraire flasque que l’on peut associer à bien des cadres aisés peu soucieux de leurs conditions physiques. C’était un homme mince mais musclé, particulièrement au niveau des bras. Son amour incontesté pour les sports extrêmes et le tir n’y est sûrement pas étranger. Ces activités font vivre l’homme. Lorsque l’adrénaline se fait sentir, lorsque l’acide lactique s’accumule dans ses muscles et que ses veines palpitent, la vie ressurgie de ce monstre bureaucratique, détendant son visage et vidant sa tête alors que l’endorphine afflue. A la fin de ses séances il devient momentanément plus ouvert, comme tiré d’une situation pénible, une occasion que les plus proches ou les plus malins savent saisir.  

Écoutez mon histoire
Le Background du personnage



Troisième fils d’un dirigeant d’une groupe aux valeurs des plus traditionnelles, Edmond a été éduqué avec le rigorisme d’un père rêvant de perpétuer son héritage. Tout comme l’homme d’affaire avait pris la relève de son père et avait développé son modeste empire, ses enfants devront suivre leurs destinés et porter fièrement le nom des Marcatel. Sa mère quant à elle était femme au foyer, issue d’une extraction plus modeste elle vivait la présente situation comme une réelle bénédiction, s’occupant de ses enfants avec l’affection d’une mère.

Ses parents étaient aimants mais néanmoins sévères. Leur fils devait réussir dans la vie, ce n’était pas une option, et toute l’avance qu’il pouvait prendre était une chance supplémentaire que le talent que le jeune homme ne pouvait que posséder éclose au grand jour.  Ainsi son père avait, en plus des cours dans une école privé particulièrement connu pour sa rigueur, engagé un précepteur qui sut inculquer au jeune homme tout ce qu’il avait besoin de savoir.

Les résultats de cette éducation étaient exemplaires, mais sa position de benjamin ne lui offrait que peu d’opportunités de les exprimer à leurs justes valeurs. Ses aînés avaient déjà spolié la voie royale qu’il empruntait maintenant sans aucun panache.

Cette situation était difficile à vivre pour Edmond, qui même manquant matériellement de rien, souffrait plus qu’il ne voulait l’avouer de la comparaison avec ses ainés. Il passait la plupart du temps à travailler, tentant tant bien que mal de surpasser les exigences qu’on avait pour lui, sans jamais atteindre le résultat escompté. Il était adolescent quant le premier de ses aînés commença à rentrer dans la vie active, et ce fut comme si son père s’était soudainement totalement désintéressé de lui, préférant introduire son aîné chéri aux ficelles du métier plutôt que de continuer à suivre son plus jeune fils. Ce fut alors une période difficile pour l’adolescent qui n’arrivait plus à attirer l’attention de ses parents et qui s’isolait toujours plus des jeunes de son âge dans sa quête de reconnaissance paternelle. Progressivement les cadeaux qu’on pouvait lui faire se faisait de plus en plus fade et l’étude lui prenait de plus en plus de temps mais paradoxalement perdait tout son sens, devenant une activité asservissante dont il n’arrivait pas à s’extraire.

Pourtant il y avait une activité pratiquée par le jeune garçon qui faisait momentanément oublier les tracas du jeune homme. Son père était un amoureux des armes à feu et organisait souvent dans une grand garage souterrain aménagé des jeux de tirs, que ce soit en compagnie d’invités ou de ses enfants. Ces jeux, c’étaient une des rares occasions où chacun était égaux. La seule chose qui comptait c’était de toucher les cibles. Comme disait son père la constitution donnait le droit à chaque citoyen de porter une arme pour défendre l’Amérique, le meilleur citoyen était donc le meilleur avec son arme. Sans doute était-ce plus de la vantardise mal placée, le genre de déclaration venant d’une personne se sentant invulnérable et associant cette invulnérabilité à une quelconque puissance ou adresse. Toujours est il que Edmond appréciait plus que tous ces séances. Entendre le vacarme des coups de feu, sentir ses mains partir sous le recul de l’arme, contempler l’impact laissé sur la cible étaient tant de sensations grisantes dans son quotidien morne. Mais le plus excitant était de se rendre compte de ce que l'homme était capable de faire, et d’imaginer ce que d’autres pouvaient nous faire. Quand l’on tenait une arme tout semblait plus fragile, plus précaire, et pourtant on ne se sentait jamais aussi puissant.

Il ressortait de ces séances plus joviales, totalement détendu, prêt à accomplir son devoir avec un zèle renouvelé. Il gardera cette habitude quand il intégra une prestigieuse université en étude des sciences économiques, exorcisant son stress à chaque fois que le canon de son arme crachait un projectile. Le temps continuait de passer sans surprises, sans promesses particulières autres que la certitude d’un jour avoir à travailler dans l’une des entreprises de son paternel ce qu’il fera à 22 ans. Rapidement il sut s’imposer comme une personne de confiance sur qui l’ont pouvait compter, bien plus doué que l’aîné de la fratrie qui avait fini par se révéler trop hautain pour ses compétences réelles, s’attirant les foudres de ses collaborateurs. Le deuxième fils quant à lui avait décidé de rompre tout lien avec l’entreprise familiale, craquant sous la pression à sa dernière année d’université et décidant de vivre de lui-même avec une femme qu’il avait rencontrée durant ses études.

Au fil des années il accumulera les responsabilités au sein du groupe familial, et chaque billet qui venait s’ajouter à son salaire s’accompagnait d’un nouveau poids. Le tir ne suffisait plus à le libérer de cette pression, il avait essayé la chasse qui l’avait contenté un moment mais elle s’était finalement révélée trop lente, trop codifiée. Ce fut lors de son premier vol en hélicoptère pour un voyage d’affaire qu’il eut enfin une révélation, contemplant le vertige qui tordaient ses intestins il ressentie une excitation nouvelle, comme un irrépressible appel. Il ne lui fallut pas longtemps pour tenter le saut en parachute et tomber amoureux de cette sensation de vertige. Ses activités personnelles se firent plus nombreuses, plus variés et extrêmes, escalade, parapente, windsuit, motocross, chacune des activités en appelait une autre, cherchant continuellement à recréer un nouveau frisson vivifiant. Il acquit au fil des années notamment via l’escalade, un sport qu’il appréciait pour les sensations et la proximité de ses lieux de pratique, une carrure physique qui a défaut d’être impressionnante était des plus fonctionnels. Il mesurait dans les 1m75 et possédait des muscles fins et secs loin des muscles gonflés des amateurs de salles de musculation.

A ses trente ans, sa vie se résumait à ses heures de bureau et ses activités sportives. Il possédait ainsi très peu d’amis si ce n’est quelques collègues de bons conseils qu’il respectait et quelques rares personnes qui partageaient sa passion. Il avait ainsi réussi à trouver dans cette vie un équilibre.

Un équilibre qui fut bouleversé en une OPA. Le groupe jusque là en bonne santé financière fut racheté, puis savamment sabordé par des actionnaires trop butés pour reconnaître leur manque de connaissance du marché sur lequel ils s’étaient implantés. En 2 ans le groupe avait périclité, 2 ans d’impuissances pendant lesquels ils se démenaient tant bien que mal pour essayer de sauver les pots cassés sans succès. L’entreprise n’existait plus, laissant derrière elle un vide dévorant. Loin de se sentir libéré par la chute de ce bourreau qui avait régit sa vie pendant si longtemps il était resté esclave de ce besoin d’être toujours surstimulé, toujours entrain de réfléchir aux besoins de l’entreprise, de subir le sain stress de la concurrence. Maintenant que cette partie de se vie lui avait été retiré même ses activités fantasques habituelles lui semblaient plus fades, privées du contraste entre le stress psychologique du bureau et celui physique et grisant du sport. Il songea un moment à recréer une entreprise mais il était trop amer pour cela, il avait besoin de quelque chose de nouveau, d’un choc puissant, quelque chose qui saurait relancer la machine…
Le projet Noé sonnera comme une évidence, une experience unique, un nouveau monde, de nouvelles sensations, un challenge conséquent. Il présentera sa candidature comme gestionnaire et fut retenu après une âpre sélection. Ce fut non sans appréhension qu’il se présentera à l’arche pour entrer dans les cuves de stases, laissant derrière lui toute la sécurité qu’il possédait, plongeant pour la première fois de sa vie dans l’inconnu.

Quand on le réveilla le vaisseau s’était écrasé, les colons s’activaient luttant pour leur survie, les communications étaient coupées, et lui exultait. Tout avait tellement dépassé ses espérances. Il n’y avait plus aucun retour en arrière et ce qui s'offrait à lui était… grisant. Comme chaque colon il passera les tests de neurocomptatibilité, et par un miracle fut jugé digne de l’écaille 61, un équipement comme jamais il n’en avait possédé et qui venait sceller sa certitude d’être au bon endroit. C’est avec un zèle rare qu’il se lancera dans les activités de la colonie, travaillant à la gestion des ressources des colonies et lorsque la situation l’exigeait à la défense de celle-ci, assurément les moments qu’il chérissait le plus.


Derrière le Personnage
Pseudo, Âge

» Comment as-tu découvert le forum ? Par hasard en cherchant un RP
» Comment se nomme l'inventeur des Écailles d'Avalon ? Eric Carlsson
» Le personnage sur ton avatar : Aucune idée, trouvé sur le Pinterest de Keni Aryani, merci à Luis et Anoushka pour l'aide
» Un dernier mot ? Hâte de commencer, à bientôt tout le monde
Codage ⓒ Mélicendre


traqueur

» 061 : (entre 002 et 700, consultez le bottin des Écailles pour savoir quels numéros de série sont déjà pris)

» Armature :
L’armure 61 traqueur se présente comme une armure intégrale peu épaisse aux couleurs gris métalliques et vertes peu élégante. Les avant-bras ainsi que les jambes de l’armure sont recouverts de microbilles, microbilles qui sont également déployable sous la plante des pieds. L’armure est assez fine, permettant une bonne mobilité dans des espaces confinés.
Image Facultative:
 


» Capacités et Armement :
L'armure 61 traqueur est taillée pour permettre une retraite en tout type d’occasion, sa mobilité exemplaire et son armement moyenne et longue distance en fait un outil optimal pour harceler une créature ou un groupe de créature sans leur laisser la possibilité de l’intercepter.

L’armure est équipée de sortes de gant en polymère particulièrement flexible afin de retranscrire toutes les sensations dans les mains et garder une dextérité optimale. Au bout des doigts, une multitude de lame adhésive reproduisant la structure de celles des geckos permettent une grande adhérence à n’importe quel type de parois. On retrouve le même dispositif au niveau des pieds du possesseur de l’écaille. En dessous de ce qui fait office de chaussure deux réacteurs ont été implantés afin de permettre une force de projection horizontale.

Un dispositif d’IA de gestion permet de compléter la vision du guerrier de l’avalon lui offrant la possibilité de pouvoir regarder tout autour de lui sans avoir à bouger la tête. Un module de capteur de mouvement est également intégré à cette IA l’avertissant automatiquement de potentielles sources de danger.

L’écaille possède deux formes particulières activables suivant le type de terrain.

Forme 1 : Skyscraper
La première est optimale pour les lieux encombrés comme les forêts. Sur le torse un grapin peut une fois déployé couvrir de longues distances et pénétrer dans la majorité des surfaces solides pour ensuite grâce à un système de poulie électromagnétique soi fournir une importante accélération en direction du grapin soi permettre l’évolution en rappel sur des surfaces verticales. Sur ses avant bras des lames sont déployables, peu efficaces contre la mégafaune mais permettant de se frayer un chemin à travers des obstacles friables.

Forme 2 : Sky1surfer
Le déploiement d’un module de vol assisté déployable sur le dos à 4 branche à direction modulable chacune munis d'un réacteur permet une mobilité accrue et rapide dans les airs. Sur la terre ferme, si la surface est peu accidenté le guerrier de l’Avalon peut glisser ses jambes ou ses avant-bras grâce aux microbilles qui parsèment ces zones, permettant d’évoluer à grande vitesse grâce aux réacteur présents sur le module de vol assisté et sous des pieds tout en jouissant d’une certaine stabilité pour le tir.

Armement :

Fusil de précision kinétique : permettant une relativement importante cadence de tir et une précision qui n’est plus à prouver.

Lance laser : un dispositif de prêt d’un mètre cinquante de long conçut pour emmagasiner de l’énergie pendant une trentaine de seconde et la restituer sous forme d’un rayon extrêmement concentré capable d’infliger des dégâts colossaux en un point précis.

Fusil d’assaut kinétique : Doté d’un recul minimal il est léger et fiable, permettant une utilisation rapide en mouvement tout en gardant une relative précision.

Dispositif d’extraction d’urgence : Un mélange de poudre métallique et de phéromones particulièrement agressives concentré dans des grenades permettant en détonnant de créer un épais nuage de fumé particulièrement odorant permettant de neutraliser l’odorât de bien des espèces et de couvrir une retraite nécessaire.

Mines de proximité : l’armure peut semer des mines de proximité destructrices pour quelconque créature tenterait de suivre le guerrier de l’avalon, un dispositif d’anti-gravité peut être activité sur ces mines afin qu’elle flotte dans les airs dans son sillage.


.
Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Edmond Marcatel le Sam 27 Juil - 14:46, édité 10 fois
Âge du Personnage : 25 ans.
Nationalité du Personnage : Suédoise.
Métier du Personnage : Ancienne gymnaste qui souhaite se reconvertir en kinésithérapeute.
Stella Edlund
Stella Edlund


[Fini] Edmond Marcatel  Empty
Message Dim 21 Juil - 0:06
Guerrier d'Avalon
Bienvenue à la Nouvelle Avalon, Edmond ! Very Happy Très chouette perso. ♥

Vu l'avancement de la fiche, je n'ai plus qu'à te souhaiter une bonne validation ! Razz
Voir le profil de l'utilisateur http://la-nouvelle-avalon.forumsrpg.com/t270-messagerie-de-stella-edlund#1225

Âge du Personnage : 20 ans
Nationalité du Personnage : Indienne (Inde)
Métier du Personnage : Danseuse/performeuse
Multi-Compte ? : Mimi/Doudou
Lalitha E. Yusriya
Lalitha E. Yusriya


[Fini] Edmond Marcatel  Empty
Message Dim 21 Juil - 0:27
Colon
bienvenue edmond


[Fini] Edmond Marcatel  Hqxo
Voir le profil de l'utilisateur

Âge du Personnage : 31 ans.
Nationalité du Personnage : Américano-Japonnais.
Métier du Personnage : Capitaine
Multi-Compte ? : Cian O'Dubhain & Engel Rosenthal
Luis R. Higan
Luis R. Higan


[Fini] Edmond Marcatel  Empty
Message Dim 21 Juil - 10:45
Militaire
Welcome ♥

Écaille 61 ou 42 ? y'a parfois le mauvais numéro dans les descriptions Wink
Ah et attention à un petit détail : la stase ne fige pas complètement le corps. Donc, s'il a 34 ans, c'est qu'il est rentré en stase à minimum 30 ans Wink Faut pas oublier les quelques années de vieillissement que la stase apporte Smile

En tout cas, n'hésites pas à nous signaler quand la fiche est terminée ! Et si t'as besoin d'aide pour trouver ton avatar : n'hésites pas là aussi à demander de l'aide. Lali et moi-même serons ravie d'essayer de te dénicher des artworks ♥ ^^
Voir le profil de l'utilisateur http://la-nouvelle-avalon.forumsrpg.com/t97-messagerie-du-cpt-luis-r-higan

Âge du Personnage : 35 ans
Nationalité du Personnage : Francais
Métier du Personnage : Commandant de l'UTRD
Thomas Dupuy
Thomas Dupuy


[Fini] Edmond Marcatel  Empty
Message Jeu 25 Juil - 15:32
Guerrier d'Avalon
Dans l'idée c'est bon, deux petits points auquel faire attention pour l’écaille :

-on la désigne par son nom et non son numéro de série^^

-le numéro de série est celui du noyau, pas de l’écaille, cette dernière est fabriquée par le noyau à l'activation initiale en puisant dans la psyché du porteur.













Bienvenu sur La Nouvelle Avalon
Félicitation ♥

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons la bienvenue sur La Nouvelle Avalon et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants. Nous te demanderons aussi d'aller recenser ton métier  et ton Écaille si tu es un guerrier. Si ce n'est pas ton premier personnage parmi nous, merci de nous le signaler dans le Registre des Multiples Personnalités.

A tout cela, s'ajoute le fait d'éditer ton Profil. Tu remarqueras qu'il y a de nombreuses informations à y entrer.
C'est facultatif, mais tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations !
Nous avons aussi la Messagerie pour les rps de type "épistolaires/mail/sms". Le lien de sa boîte est à mettre dans son profil soit dit au passage

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mis à ta disposition pour cela ! Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, demander des lieux, trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis, pnjs, créatures ou plantes à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.
Merci d'avance en tout cas, de prendre le temps de remplir tout ça. Même si, je le sais, ça fait un peu beaucoup.  

Le staff te souhaite, à nouveau, la bienvenue !
Voir le profil de l'utilisateur http://la-nouvelle-avalon.forumsrpg.com/t136-messagerie-de-thomas-dupuy

[Fini] Edmond Marcatel

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Nouvelle Avalon :: Dossiers de l'Équipage :: Présentation :: Validés-